Interview de René Judak, responsable d’Actualités fiscales

Actu fiscales 30A l’occasion de la sortie du livre « Trois écueils fiscaux examinés à la loupe » et pour clore notre série d’interviews, le responsable de la lettre d’informations Actualités Fiscales s’est lui aussi prêté au jeu …

1. René Judak, qui êtes-vous ?

Juriste de formation (ULB) je me suis spécialisé dans le droit de la concurrence et le droit d’auteur au niveau européen (ULG). Après un passage au CIUF et au Barreau, j’occupe depuis sept ans le poste de responsable de diverses publications fiscales chez Kluwer, parmi lesquelles Actualités Fiscales et la Revue générale de Fiscalité. Depuis peu, j’ai également en charge la partie francophone du portail TaxWorld.be.

2. La lettre d’informations Actualités Fiscales fête ses 30 ans d’existence cette année ! Eclairez-nous sur la genèse de ce livre.

Jamais un projet éditorial ne m’a semblé si évident et naturel à réaliser. Nous souhaitions, en effet, « marquer le coup » des trente ans d’Actualités fiscales par un livre unique qui, nous le pensons, sera digne de cet évènement. Une fois les sujets choisis par chacun, la rédaction et la finalisation du livre se sont concentrées sur moins de deux mois.

Nous souhaitions également permettre au premier responsable d’Actualités fiscales, Franz Bellande, de participer à l’aventure, ce qu’il fit en nous offrant une belle préface. 

3. De façon générale, qu’est-ce qui vous motive dans votre travail ?

La diffusion et le partage de l’information constituent l’essence même du travail d’éditeur et m’ont toujours attiré. Les contacts humains et la motivation des auteurs en constituent également des facteurs essentiels. Enfin, le numérique et la place croissante des médias sociaux me paraissent, également, constituer des défis passionnants.

4. Avez-vous une anecdote à nous raconter depuis que vous êtes responsable de la lettre d’informations ‘Actualités fiscales’ ?

En près de huit années d’Actualités Fiscales, je garde naturellement en mémoire de nombreuses anecdotes … dont toutes ne peuvent pas être racontées publiquement ! Ceci étant, plus qu’une anecdote en particulier, s’il devait me rester une chose en mémoire, ce serait l’enthousiasme de toutes les personnes qui ont, successivement, endossé le rôle de membre du Comité. L’osmose, la passion et le profond respect mutuel qui ont toujours régné en son sein me paraissent plus importants à souligner que certaines anecdotes … aussi drôles soient-elles !

5. Si vous aviez la possibilité de changer une mesure fiscale … quelle serait-elle ?

Pour être honnête, les DLU à répétition me gênent en ce qu’elles conduisent à admettre, encadrer et légitimer, a posteriori, la fraude fiscale organisée.  Sous couvert de permettre à tout contribuable de régulariser sa situation fiscale, ce système conduit à des iniquités difficilement justifiables en permettant ainsi à certaines personnes ayant sciemment éludé l’impôt, d’échapper à toute sanction (contrairement d’ailleurs à ce qui est prévu lors d’une déclaration spontanée).

6. Quel personnage connu souhaitez-vous (ou auriez-vous souhaité) rencontrer ?

Keith Haring avec qui je rêvais de peindre sur les murs de New-York ! J’aurais adoré aussi d’être attablé au restaurant El Bulli en compagnie d’Adria Ferran.

7. Vous appréciez l’écriture, mais la lecture également. Quel genre de livres prenez-vous plaisir à lire ? Un exemple ?

J’ai un attrait particulier, d’une part, pour les romans de tous bords (Brett Easton Ellis, Kundera, Gide, Harpman, Coe, Gaudé, Duras, Maupin, …), et d’autre part, pour les monographies d’artistes.

Un livre m’a particulièrement marqué étant adolescent : les Nourritures terrestres (Gide). Plus récemment j’ai dévoré Shantaram (G.D. Roberts).

8. Que pensez-vous de la place du numérique dans l’édition ?

Dans le monde actuel où la lenteur est considérée comme le pire des défauts, l’édition numérique constitue un moyen prodigieux pour diffuser (et rechercher) rapidement de l’information. Il s’en suit, évidemment, un gain de temps appréciable. Après numérisation, il est également impressionnant d’imaginer le nombre d’ouvrages pouvant tenir dans une seule tablette !

Cela étant dit, bien qu’étant un adepte convaincu des iPhones ou autre iPads, je dois avouer une certaine attirance pour le contact et l’odeur inimitables du papier (l’odeur d’un magazine neuf, d’un vieux bouquin, le touché quasi sensuel des cahiers Moleskine souples, …). Certains livres papier constituent d’ailleurs de véritables œuvres d’art qu’aucune tablette ne pourra remplacer (cf Citadelles et Mazenod). 

9. Un resto à nous faire découvrir ?

Plusieurs ! Les Flâneries Gourmandes (près de la place Stéphanie), Bon Bon (à Woluwé), Notos (quartier du Châtelain), Tan (Quartier du Châtelain), ou encore l’Escabèche (à Knokke).

10. Evadons-nous : vos vacances idéales ?

Vaste sujet ! Un mois à Budapest, deux mois à Buenos Aires, trois mois à New York et ensuite le tour du monde en voilier ...

Publié 16-11-2012

  364