Inquiétante évolution des professions du chiffre

Publié 28-11-2018

Introduction

Cet éditorial est un message, sans complaisance, adressé aux mandataires politiques qui, depuis plus de 30 ans, imposent la fragmentation des professions du chiffre, préjudiciable à l’intérêt général, à l’économie du pays et donc aux entreprises et à l’emploi. Cet éditorial ne traite donc nullement du projet d’unification[1] de deux des trois Instituts et ne vise nullement les membres du Conseil de chacun des trois Instituts du chiffre, ni leurs membres.

 

[1] Cf. http://api2.tamtam.pro/mailing/web-version/033041747592 ; Exposé sur le projet d’unification IEC & IPCF. 

Statistiques du Conseil supérieur des professions économiques (CSPE)

Le CSPE a publié son rapport 2013-2016. Il comporte, en annexe, des statistiques sur le nombre et la ventilation des membres de ces trois instituts[1]. Elles sont publiées depuis 2001. Le tableau ci-dessous compare la progression et la régression, entre 2001 et 2016, du nombre de leurs membres, personnes physiques, effectifs et stagiaires, selon leur qualité. Ces statistiques ne publient, hélas, aucune information sur leurs tranches d’âge. Ce manque d’informations se révèle préjudiciable à la pérennité des professions du chiffre et à la gestion prévisionnelle des emplois et compétences[2] de ce corps de professionnels comptant, momentanément, à peine 15.000 personnes, en constante diminution. Voici ce tableau :

 

Qualité des p

2001

2016

Aug/Dim

Nl (2001)

Nl (2016)

Aug/Dim

Fr (2001)

Fr (2016)

Aug/Dim

Totaux membres IRE

1.472

1.502

 + 2%

992

1029

+ 4%

480

473

-1%

Réviseurs

971

1.055

+ 9%

632

690

+ 9%

339

365

 + 8%

Réviseurs stagiaires

501

447

-11%

360

339

          -6%

141

108

-23%

Totaux membres IEC

8.626

8.317

-4%

5266

5347

+ 2%

3423

2970

-13%

Experts-comptables

3.185

1.341

-58%

1824

723

-60%

1361

618

-55%

Experts-comptables & conseils fiscaux

2.816

3.900

+ 38%

1650

2439

+ 48%

1165

1461

+ 25%

Experts-comptables stagiaires

1.130

1.391

 +23%

685

852

 +24%

445

539

 +21%

Conseils fiscaux

1.154

1.257

 +9%

831

983

+ 18%

322

274

-15%

Conseils fiscaux stagiaires

341

428

 +26%

276

350

+ 27%

65

78

+ 20%

Totaux membres IPCF

7.054

5.982

-15%

3893

3333

-14%

3163

2787

-12%

Comptables agréés

1.146

912

-20%

625

498

-20%

521

414

-21%

Comptables agréés stagiaires

108

76

-30%

70

52

-26%

38

24

-37%

Comptables-fiscalistes agréés

5.227

4.062

-22%

2965

2248

-24%

2262

1814

-20%

Comptables-fiscalistes agréés stagiaires

573

932

+ 63%

233

397

+ 70%

340

535

+ 57%

Totaux généraux 

17.152

15.801

-8%

10151

9709

-4%

7066

6230

-12%

Population belge en K

10.290

11.350

+ 10%

 

 

 

 

 

 

 

[1] Cf. http://www.cspe-hreb.be/ysite/pdf/rapports%20annuels/CSPE%20Rapport%20annuel%202013-2016%20-%20web.pdf ; Rapport 2013-2016, pp. 30 à 37.

[2] Cette expression fait référence à la pratique instaurée en France par la loi de programmation pour la cohésion sociale du 18 janvier 2005, « Loi Borloo » (loi n° 2005-32). Cf. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000806166&categorieLien=id. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est une méthode conçue pour anticiper les besoins en ressources humaines à court et moyen termes. Elle vise à adapter les emplois, les effectifs et les compétences aux exigences issues de la stratégie des entités et des modifications de leurs environnements économique, juridique, professionnel et social.

 

Institut des réviseurs d’entreprises (IRE)

change-671374_1280

Cet institut, créé en 1953, membre de l’International Federation of Accountants (IFAC) depuis sa création en octobre 1977[1], même s’il comporte moins de membres que les deux autres Instituts, est celui qui se porte le mieux. Il maintient, contrairement aux deux autres Instituts, le nombre de ses membres. Son futur sera cependant influencé par l’accroissement du nombre des réviseurs empêchés[2] et la régression du nombre de stagiaires au 31 décembre 2016[3]. Attention cependant que les conditions d’accès au stage ont été modifiées à la suite de l’entrée en vigueur de la loi du 7 décembre 2016. La réussite à un examen d’admission n’est plus une condition préalable au commencement du stage[4]. Le nombre de stagiaires IRE est reparti à la hausse, en 2018. 

Le Monitoring Group a lancé, le 9 novembre 2017, un Call for Comments on reforms to the global audit standard-setting process, relatif à la Strengthening the governance and oversight of the international audit-related standard-setting boards in the public interest[5], auquel l’IRE a répondu de manière circonstanciée le 30 janvier 2018, en précisant avoir déjà développé le Pack PE-KE[6].

Le contrôle qualité des réviseurs a été externalisé auprès de la FSMA[7]. Cette externalisation présente

  1. un avantage : elle soulage l’IRE de la lourde charge administrative de l’organisation du contrôle qualité, contrôle non exempt de critiques, et
  2. un désavantage : elle est désormais entre les mains d’évaluateurs qui ne sont pas des praticiens de l’audit ; le risque opérationnel non maitrisé du Collège de supervision est avéré, comparé aux procédures applicables aux Pays-Bas où le tribunal de Rotterdam a condamné, le 20 décembre 2017, l’Autoriteit Financiële Markten (AFM)[8], en annulant les amendes infligées par elle à deux cabinets d’audit néerlandais. Et ce ne sont pas les déclarations de Hein Lannoy, dans L’ECHO du 22 juin 2018, qui vont calmer les esprits : « Les règles européennes et belges ont pour effet qu’un grand cabinet de révisorat affichant des revenus importants d’activités de conseil aura tendance à refuser un mandat de révisorat, s’il doit pour cela renoncer à d’autres revenus conséquents ».

 

[1] Cf. http://www.ifac.org/about-ifac/membership/members/instituut-van-de-bedrijfsrevisoren-institut-des-r-viseurs-dentreprises ; IFAC.

[2] Un réviseur temporairement empêché est celui qui ne peut effectuer des missions révisorales pour des raisons d'incompatibilité, telles que visées à l'article 29, § 2, de la loi du 7 décembre 2016. Ils sont à ce jour 173, soit près de 12 % des professionnels. Cf. https://www.ibr-ire.be/fr/Rechercher/Pages/registerresults.aspx?k=registerstatusfacet%3D%22Temporairement%20emp%C3%AAch%C3%A9%22.

[3] Cf. http://www.cssf.lu/fileadmin/files/Publications/Rapports_annuels/Rapport_2016/CSSF_RA_2016.pdf ; cette situation est comparable au Luxembourg : 497 réviseurs en 2015 et 518 en 2016, mais le nombre de stagiaires régresse de 227 en 2015 à 164 en 2016, soit une diminution de 28% contre seulement 11% en Belgique.

[4] Cf. https://www.ibr-ire.be/fr/stage/acces_au_stage/dossier_dadmission_au_stage/Pages/Default.aspx.

[5] Cf. https://www.ibr-ire.be/fr/l_institut/actualites/actualites_ire/Pages/Reponse-de-l-IRE-a-la-consultation-du-Monitoring-Group.aspx.

[6] Cf. http://www.icci.be/fr/publicaties/downloads/Pages/PackPE-KE.aspx.

[7] Cf. https://www.fsma.be/fr/college-de-supervision-des-reviseurs-dentreprises-csr ; Collège de supervision des réviseurs d'entreprises. Voir la loi du 7 décembre 2016 portant organisation de la profession et de la supervision publique des réviseurs d’entreprises.

[8] Cf. Wat de AFM over de door haar geconstateerde tekortkomingen in de controlewerkzaamheden van de externe accountants van PwC en EY naar voren heeft gebracht, is onvoldoende voor het oordeel dat de AFM buiten redelijke twijfel heeft aangetoond dat PwC en EY hun zorgplicht hebben overtreden. Gelet hierop herroept de rechtbank de boetebesluiten :                                                                                      1. https://uitspraken.rechtspraak.nl/inziendocument?id=ECLI:NL:RBROT:2017:9977

Institut des experts-comptables et des conseils fiscaux (IEC)

Cet institut, créé en 1985 présente des signes de sclérose. Le futur de ces deux professions d’expert-comptable et de conseil fiscal est peu réjouissant pour les multiples raisons suivantes :

  1. le nombre des membres portant l’unique reconnaissance professionnelle d’expert-comptable a diminué de 58% ; à ce rythme régressif, cette qualification ne sera plus portée dès 2030 ; il semblerait, selon les rumeurs qui circulent, que la quasi-totalité de ces 1.341 membres soient au moins quinquagénaires ; cette remarque ne vise pas les experts-comptables également habilités à porter le titre de réviseur d’entreprise ;

  2. le nombre des membres, ayant la double reconnaissance d’expert-comptable et conseil fiscal, semble mieux se porter, ayant progressé de 38% en 16 ans ; cependant, les néerlandophones ont progressé de 48%, alors que les francophones de seulement 25%, correspondant à un manque de 250 professionnels francophones pour satisfaire les besoins en gestion financière des entreprises[1] ;

  3. le nombre des stagiaires est fictif, cette situation perdurant depuis des lustres, lorsqu’on sait que
    1. leur taux de réussite, à l’examen d’aptitude, n’atteint pas les 50% ; ces mêmes stagiaires, en échecs répétitifs, jusqu’au maximum légal autorisé de cinq échecs, conservaient indéfiniment, jusques il y a peu, leur qualité de stagiaire malgré cette accumulation d’échecs,
    2. l’IEC a ainsi connu un accroissement régulier du nombre des stagiaires ajournés perpétuels qui ne seront jamais reconnus sous statut professionnel en titre ;

  4. en effet, cette situation fallacieuse a été dénoncée par l’exposé des motifs[2] du projet de loi du 22 juin 2017 modifiant la loi du 22 avril 1999 relative aux professions comptables et fiscales ; cette loi[3] comporte des nouvelles dispositions organisant le nettoyage de la liste des stagiaires perpétuels qui seront omis de ladite liste et ne pourront plus solliciter une nouvelle inscription à l'examen d'admission ;

  5. le 10 mai 2015, les actuels président et vice-président de cet institut publiaient, opportunément, une mise en garde à leurs confrères : « les ‘accountants’ figurent à la 4e place parmi les professions susceptibles de disparaître dans les deux prochaines décades»[4], en faisant référence à l’étude de septembre 2013 « The future of employement : how suceptible are jobs to computerisation ? »[5] des professeurs Carl Benedikt Frey et Michael A. Osborne ; les experts-comptables et les conseils fiscaux comprennent-ils cet avertissement : « Why your child won’t be an accountant »[6] ;

  6. un déséquilibre doublement étonnant se constate au niveau des conseils fiscaux :
    1. actuellement près de 80% d’entre eux sont néerlandophones et le pourcentage des francophones, tant membres effectifs que stagiaires, continue de diminuer depuis 2001 et
    2. selon les meilleurs échos, si 80% des conseils fiscaux ont un diplôme universitaire (bac + 5), inversement, seuls 20 % des membres experts-comptables, à qui le titre de conseil fiscal leur est en plus gracieusement accordé, sont de niveau universitaire[7] ; cherchez l’erreur ;

  7. l’IEC, membre de l’IFAC[8], connait un arriéré d’une trentaine d’années en matière de normes professionnelles ; quand on compare, dans le site Internet de l’IFAC, le Status of Fulfillment de l’IEC avec celui de l’IRE, dans les Statements of Membership Obligations (SMOs), on constate que celui de l’IRE est correctement complété[9], alors que celui de l’IEC est vide[10] depuis … 1977 !

  8. dans son dernier Global Status report 2017[11], l’IFAC n’a pas jugé utile de citer l’IEC, comme institution représentative de la profession comptable en Belgique ;

  9. la Commission européenne a saisi, en juillet 2017, la Cour de justice d'un recours contre la Belgique au motif que les restrictions imposées par Elle aux experts-comptables, sont incompatibles avec l’article 25 de la directive sur les services 2006/123/CE[12];

  10. le SPF Economie observe le degré anormalement sévère de la réglementation belge des professions du chiffre, en comparaison avec les pays voisins ; ce sont surtout les réglementations relatives à l'exercice de la profession du chiffre qui font la différence préjudiciable par rapport à nos pays voisins[13]; pour toutes ces raisons, le taux d'attribution des activités comptables n’est que de 4 % (au lieu d’une moyenne européenne de +/- 20 %), une valeur qui fait de ce secteur le moins dynamique de tous les secteurs de services[14] ! la Belgique apparaît donc comme un pays peu performant en termes d’allocation effective, de productivité des services comptables et d’attrition de leur clientèle[15] !

  11. le Monitoring Group a lancé, le 9 novembre 2017, un Call for Comments on reforms to the global audit standard-setting process, relatif à la Strengthening the governance and oversight of the international audit-related standard-setting boards in the public interest, auquel l’Institut a répondu de manière circonstanciée le 9 février 2018[16] ; la scalability of these standards[17] représente un enjeu de taille pour les experts-comptables externe ; seront-ils à la hauteur ?

  12. si l’Institut souhaite élargir le champ des missions de contrôle contractuelles[18], cela signifie-t-il que tous les experts-comptables externes seront compétents à exercer les nouvelles missions d’assurance raisonnable ou limitée? en comprennent-ils tous les significations éthique, qualitative et normative ? le doute plane ;

  13. la Revue Qualité IEC, même légalisée, n’a pas encore été externalisée, contrairement à la supervision publique des membres de l’IRE[19]; comment ces nouvelles missions contractuelles d’assurance raisonnable ou limitée seront-elles qualitativement contrôlées et surtout par qui et avec quelles compétences ?

 

 

[1] Voir le tableau précité des statistiques du Conseil supérieur des professions économiques.

[2] Cf. http://www.lachambre.be/FLWB/PDF/54/2418/54K2418001.pdf, p. 38 ; « une durée maximale de stage est prévue (8 ans pour le stage d’expert-comptable et/ou conseil fiscal ; 6 ans pour le stage de comptable et comptable-fiscaliste). Le phénomène de « stagiaire éternel « disparaîtra ».

[3] Cf. http://www.ejustice.just.fgov.be/eli/loi/2017/09/03/2017020489/justel ; Loi du 3 septembre 2017 modifiant la loi du 22 avril 1999 relative aux professions comptables et fiscales.

[4] Cf. https://www.iec-iab.be/fr/membres/publication/editoriaux/Pages/20150609-Numeriquement-votre%E2%80%A6.aspx ;

[5] Cf. https://www.oxfordmartin.ox.ac.uk/downloads/academic/The_Future_of_Employment.pdf.

[6] Cf. https://www.accountingtoday.com/opinion/why-your-child-wont-be-an-accountant.

[7] Déroulement épreuve orale de l’examen d’aptitude sessions 2015/1 et 2015/2, Slides briefing IAB-IEC jury 11 mai 2015, spécialement slide 8. Situation inchangée par rapport au même briefing IAB-IEC du 27 mars 2010.

[8] Cf. https://www.ifac.org/about-ifac/organization-overview/history/founding-members ; Founding Members, Belgium, in October 1977 ; Collège National de Experts Comptables de Belgique (now the Institut des Experts-comptables et des Conseils fiscaux).

[9] Cf. https://www.ifac.org/about-ifac/membership/members/instituut-van-de-bedrijfsrevisoren-institut-des-r-viseurs-dentreprises.

[10] Cf. https://www.ifac.org/about-ifac/membership/members/institut-des-experts-comptables-et-des-conseils-fiscaux-instituut-van.

[11] Cf. https://www.ifac.org/system/files/publications/files/International-Standards-2017-Global-Status-Report.pdf ; Appendix I, List of Jurisdictions and PAOs Included in the Analysis, p. 36. En revanche, 7 instituts britanniques sont répertoriés !

[12] Cf. http://europa.eu/rapid/press-release_IP-17-1951_fr.htm. Communiqué de presse n° IP/17/1951 de la Commission européenne du 13 juillet 2017. Cette directive exige des États membres qu'ils veillent à ce que les prestataires de services ne soient pas soumis à des exigences qui les obligent à exercer exclusivement une activité spécifique ou qui limitent l'exercice conjoint ou en partenariat d'activités. Ces restrictions injustifiées sont déposées, notamment, dans l’article 31 de la loi précitée du 22 avril 1999.

[13] Cf. https://economie.fgov.be/sites/default/files/Files/Publications/files/Rapport-annuel-2017-observatoire-des-prix-partie2-fonctionn-marche.pdf ; SPF Economie, Observatoire des prix, Rapport 2017, Institut des comptes nationaux, Analyse de fonctionnement de marché des services juridiques, comptables, d’architecture et d’ingénierie, pp. 15, 16, 76 à 78, 81 ; Product market regulation-PMR.

[14] Analyse de fonctionnement de marché des services, op. cit., pp. 85 à 87.

[15] Analyse de fonctionnement de marché des services, op. cit., p. 90 à 92 et 97.

[16] Cf. https://www.iosco.org/about/?subSection=monitoring_group&subSection1=reforms-to-the-global-audit-standard-setting-process.

[17] Cf. https://www.iaasb.org/system/files/meetings/files/20180306_IAASB-CAG-Agenda_Item_H1-IAASB_Future_Strategy-Final.pdf ; Par exemple: changing the structure of the standards to support scalability?

[18] Cf. https://www.ibr-ire.be/fr/reglementation/doctrine/communications/Documents/2018-03-21-projet-norme-IRE-IEC-PME-FR-clean.pdf ; Projet commun IRE-IEC de norme relative au contrôle contractuel des PME et aux missions légales communes auprès des PME.

[19] Cf. https://www.fsma.be/fr/presentation-de-la-structure-de-supervision ; Loi du 7 décembre 2016 portant organisation de la profession et de la supervision publique des réviseurs d’entreprises.

Institut professionnel des comptables et fiscalistes agréés (IPCF)

stapel-muntstukken-2180330_1280

Cet institut, créé en 1992 présente, lui aussi, des signes de sclérose :

  1. à la seule exception du nombre des comptables-fiscalistes agréés stagiaires, en ce compris les perpétuels[1], le nombre de tous les autres membres de l’IPCF, quelle que soit leur qualité, a diminué de 20 à 30%[2],

  2. l’augmentation des stagiaires IPCF de 63%, sur la période précitée 2001-2016, est suspecte et provient du fait que le stage IEC est mal organisé, car l’IEC exige que ses stagiaires soient compétents avant même de débuter le stage et

  3. l’IPCF n’est membre ni de IFAC, ni d’Accountancy Europe, à l’inverse des deux autres Instituts ; ses normes professionnelles sont lacunaires ; la durée de son stage est très réduite ; cet accumulation de lacunes est un handicap.

 

[1] Cela n’est dû uniquement qu’à la croissance douteuse de 63% de stagiaires IPCF. 

[2] Art. 51, § 1er,  al. 3, nouveau, de la loi précitée du 22 avril 1999, modifiée par celle du 3 septembre 2017.

Comparaison internationale avec d’autres Instituts du chiffre

Fin 2016, les trois Instituts belges ne comptent plus ensemble que 15.801 membres, contre 17.152 en 2001, soit une chute de 8%. Ce n’est qu’une moyenne, car la chute, inexpliquée, des membres francophones est de 12% et celle des néerlandophones n’est que de 4% ! Cette chute devrait s’accentuer et ceci sans compter la disparition des stagiaires perpétuels et des cabinets non préparés aux enjeux de la digitalisation des activités des Bookkeeping, Accounting, and Auditing clerks[1]. Dans le même temps, la population belge a cru de 10%, passant de 10.290.000 à 11.350.000. Si le nombre de professionnels du chiffre était resté proportionnellement constant, cela correspond à un manque de plus de 3.000 membres pour couvrir les besoins professionnels du chiffre en Belgique. Ce manquement s’accroit encore, en comparaison d’autres pays, tels le Canada et l’Angleterre. Le Canada compte 210.000 comptables professionnels agréés (CPA) pour 36.000.000 d’habitants, soit un indice de 5,8 ‰[2]. Les données pour la Belgique sont de 15.000 professionnels du chiffre pour 11.000.000 d’habitants, soit un indice de 1,3 ‰, soit 4 fois inférieur ! Une comparaison tout aussi peu flatteuse se constate avec l’Angleterre. En ne comptant que les Instituts anglais comportant une majorité de nationaux[3], l’Angleterre compte environ 377.000 professionnels pour 55.000.000 d’habitants, soit un indice de 6,9 ‰. Comparaison n’est pas raison, mais quand même ! Si les indices anglais et canadien devaient nous être appliqués, il faudrait quadrupler le nombre de professionnels passant de 15.000 à 60.000 membres.

D’autre part, Eurostat a publié l’évolution des vacances d'emploi dans la zone Euro de l’Union européenne, pour le 1er trimestre 2018[4]. La Belgique y est le marché le plus tendu en emplois non pourvus et cette tension ne faiblit pas. La Belgique est donc victime d’une inadéquation très grave entre l’offre et la demande sur le marché du travail, à savoir +/- 140.000 emplois non pourvus. Lorsqu’on connaît la médiocrité de l’enseignement secondaire en communauté française de Belgique[5], cette tendance n’a rien d’étonnant ! 

Selon Andreas Schleicher, Director for the Directorate of Education and Skills de l’OCDE, nous avons en Belgique « des élèves du XXIe siècle, des enseignants et une pédagogie du XXe et une organisation du travail du XIXe. Le monde ne vous récompense plus pour ce que vous savez ; Google sait tout. Le monde vous estime pour ce que vous êtes capables de faire de ce que vous savez. Il s’agit d’être en mesure de mobiliser vos facultés cognitives, sociales et émotionnelles pour réaliser quelque chose, ou résoudre un problème de façon collaborative. Voilà ce qui fait un entrepreneur : de la créativité et de l’imagination »[6] . Andreas Schleicher « promotes the work of the Directorate for Education and Skills on a global stage and fosters cooperation both within and outside the OECD. In addition to policy and country reviews, the work of the Directorate includes the Programme for International Student Assessment (PISA) »[7].

 

[1] Il est probable que 98% des professionnels de cette catégorie disparaissent (Ligne 671 sur 702, Bookkeeping, Accounting, and Auditing Clerks, Carl Benedikt Frey et Michael A. Osborne, op. cit., p. 72.

[2] Cf. https://www.cpacanada.ca/fr/la-profession-de-cpa/unification-de-la-profession-comptable-canadienne.

[3] Cf. http://www.icaew.com/en/about-icaew/who-we-are/icaew-overview ; Institute of Chartered Accountants in England and Wales (ICAEW) fondé en 1880 compte 147.000 membres ; Cf.  https://www.icas.com/about-icas/who-we-are ; Institute of Chartered Accountants in Scotland (ICAS) fondé en 1854 compte 20.000 membres ; Cf. https://www.aat.org.uk/why-aat/what-we-do ; Association of Accounting Technicians (AAT) fondé en 1980 compte 140.000 membres ; Cf. https://www.ifa.org.uk/about-us/who-we-are ; Institute of Financial Accountants (IFA) fondé en 1916 compte 35.000 membres ; Cf. http://www.cipfa.org/about-cipfa ; Chartered Institute of Public Finance and Accountancy (CIPFA) fondé en 1905 compte 35.000 membres, soit au total 377.000.

[4] Cf.  http://ec.europa.eu/eurostat/tgm/table.do?tab=table&plugin=1&language=fr&pcode=tps00172.

[5] Cf. https://www.lecho.be/economie-politique/belgique/general/pourquoi-nos-unifs-perdent-elles-des-plumes/10019382.html ; https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6410596289708384257/, Jean Blavier ; http://www.lalibre.be/actu/belgique/tres-mauvais-bulletins-pisa-pour-les-eleves-francophones-infographie-584690c2cd70a64a63766379 ; Avec un résultat de 483 points en lecture, la Fédération Wallonie-Bruxelles arrive en 35e position, soit en recul de dix points par rapport à la moyenne des pays de l'OCDE (493), et loin derrière la Flandre qui, avec 511 points, se classe 10e. Cf. également http://fef.be/2016/12/21/enquete-pisa-le-systeme-educatif-belge-toujours-dans-le-fond-du-panier/ ; https://www.alterechos.be/alain-deneault-les-mediocres-ont-pris-le-pouvoir/ et https://www.lecho.be/opinions/carte-blanche/Confiscation-et-mediocrite/9966264?google_editors_picks=true, Carte blanche à Geert Noels dans L’Echo, Confiscation et médiocrité, 24 décembre 2017 ; https://www.lecho.be/economie-politique/belgique/general/les-enseignants-flamands-mieux-lotis-vrai-ou-faux/10004347.html ; Performances médiocres de l’enseignement francophone, Nathalie Bamps et Jean-Paul Bombaerts, L’ECHO, 21 avril 2018. RTL signale, dans son journal du 3 mai 2018,  que « La pénurie de professeurs est criante en Fédération Wallonie-Bruxelles. À tel point que la ministre de l'Éducation souhaiterait faire appel aux enseignants en pré-retraite ». La situation y très ridicule, car « Les … départs à la prépension permettent aux enseignants d'aménager leur fin de carrière à partir de 55 ans », sachant que l’âge normal de la retraite a été porté à … 67 ans. Cf. https://www.rtl.be/info/belgique/societe/rappeler-les-enseignants-a-la-pre-retraite-pour-combler-le-manque-qu-en-pensent-ils--1018722.aspx.

[6] Cf. https://www.lecho.be/opinions/general/L-enseignement-belge-fonctionne-encore-comme-une-usine/10022608 ; Andreas Scleicher, L’ECHO, samedi 16 juin 2018, pp. 15 à 17.

[7] Cf. http://www.oecd.org/education/andreas-schleicher.htm.

Unique tentative de scission avortée des Instituts

Enfin, une note positive. En 2011, les deux présidents de l’IRE et de l’IEC, à l’occasion d’une session de l’IFAC à Bruxelles, avaient tenu une conférence de presse commune[1], en y déclarant avoir pris connaissance, avec incompréhension, de la proposition inquiétante du formateur royal Elio Di Rupo[2] de scinder linguistiquement les ordres et instituts professionnels. André Bert (IAB) et Michel De Wolf (IRE) ont réagi en cœur contre cette menace : « Nous ne comprenons pas cette proposition. Les réviseurs d’entreprises, les experts-comptables et les conseils fiscaux sont au service des entreprises, et notamment des PME belges qui doivent se déployer davantage à l’international que se replier sur leur région. Au moment même où les autorités européennes veulent renforcer la dimension européenne de nos services, on demanderait à l’IEC et à l’IRE de se scinder !»[3].

 

[1] Cf. https://www.iec-iab.be/fr/membres/publication/annonces/Documents/2011/Communiqu%C3%A9%20de%20presse%20IEC-IRE%20IFAC%2007%2007%202011.doc. Conférence du 7 juillet 2011.

[2] Cf. page 94 de la note du formateur du 4 juillet 2011.

[3] Cf. https://www.iec-iab.be/fr/membres/publication/annonces/Documents/2011/Communiqu%C3%A9%20de%20presse%20IEC-IRE%20IFAC%2007%2007%202011.doc. Référence à la page 94 de la note du formateur du 4 juillet 2011,

http://www.lachambre.be/kvvcr/pdf_sections/home/110704_NOTE%20DE%20BASE%20FORMATEUR%20DEF.pdf.

Conclusion

Depuis plus de 30 ans, les mandataires politiques ont fragmenté institutionnellement, professionnellement et règlementairement les métiers du chiffre. On en voit le résultat. Qu’ils continuent ainsi, partagés entre la procrastination et l’oblomovisme, et dans 10 ans, il n’y aura plus en Belgique que 10.000 professionnels du chiffre, soit six fois moins que nécessaire, comme démontré ci-dessus.

Auteur: GHYSELS Raymond

Licencié en droit, Expert-comptable et Conseil fiscal.

 

 

  289