Lutte antiblanchiment : les secteurs à risque

La Cellule de traitement des informations financières a publié, fin août 2017, son rapport d’activités 2016 relatif à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Une des sections de ce rapport met en évidence les vulnérabilités liées à certains secteurs d’activités. Sur la base de divers critères, six secteurs ont ainsi été spécifiquement identifiés dans le cadre de l’analyse nationale des risques (menaces et vulnérabilités) de blanchiment comme étant particulièrement vulnérables.

Il s’agit du secteur de la construction, du secteur de l’art et des antiquités, du secteur des pierres et métaux précieux, de l’HORECA, du secteur de la distribution au détail et du secteur des véhicules d’occasion. Dans la lettre Actualité comptable n° 18, Raymond Ghysels, expert-comptable et conseil fiscal, fait la synthèse des facteurs structurels et institutionnels propres à ces secteurs qui rendent attractive la réalisation d’infractions et/ou d’opérations de blanchiment de capitaux.

  851